Je recherche

le coche d’eau parisien à la fin du XVIIIe siècle. Reconstitution : François Beaudouin. Maquette : François Ayrault. Figurines : Michel charpentier. Mise en scène : CQFD, 1985-2000

Sur les cours d’eau, on transporte des marchandises, mais aussi des passagers.

Dans les premiers temps, les passagers prennent place au petit bonheur la chance sur les bateaux de commerce au milieu des paquets, des tonneaux, des sacs… chargé sur les ponts. Avec le développement des coches d’eau au XVIII siècle, les voyages sont parfaitement organisés avec des horaires de départ fixes, des prix bien établis, des escales régulières…

Le coche d’eau de Seine Huile sur toile, Guillaume Ronmy, 1821

Alexandre Putois Coche d’eau 1830

Alexandre Putois Coche d’eau « mercure » 1839

 

Le port Saint-Paul et l’île Louviers au milieux du XVIIIe siècle. Peinture de Demachy.

 

Dans les années 1780, Jouffroy d’Abbans fait naviguer à Lyon le premier bateau à vapeur à roues à aubes sur la Saône. Après le règne de Napoléon 1er, cette navigation se développe sur toutes rivières principales. Ces grands et beaux bateaux à roues latérales remplacent les anciens coches et de nombreuses lignes sont ouvertes sur la Seine, le Loire, le Garonne…

Chromolithographie : les bateliers de Weser mettant en pièce le bateau de Papin.

Chromolithographie : Claude François Dorothée de Jouffroy d’Abbans et le bateau à vapeur

Chromolithographie :Charles Pensée Paquebot de la Loire « ville de Paris » date de création : 2ème quart du XIXe s.

A la fin du XIXe siècle, le bateau à vapeur à hélice est largement utilisé pour le transport des voyageurs au cœur des grandes villes comme Lyon et Paris.

Aujourd’hui, nos contemporains redécouvrent la voie d’eau en se promenant à bord des bateaux-mouches pour découvrir les villes ou en naviguant sur des bateaux passagers qui sillonnent les principales régions de tourisme fluvial.